Utiliser Facebook en classe


Lorsque j’ai commencé à utiliser le TNI, le premier problème que j’ai rencontré concernait la production écrite. En effet, puisque je ne pouvais plus donner de transparents aux groupes, je ne pouvais plus, non plus, faire de corrections des productions en grand groupe. C’est alors que j’ai eu l’idée d’utiliser Facebook. Comme tous les apprenants aujourd’hui disposent d’un téléphone portable avec accès à Internet et comme la quasi totalité d’entre eux possède un compte, cet outil se révélait efficace.

Ne voulant pas mélanger les genres, j’ai dû créer un profil professionnel.

Bien qu’il existe d’autres outils de partage de contenu (je les ai découverts plus tard), je continue d’utiliser Facebook et ce pour plusieurs raisons:

1. L’établissement d’une communauté

Même s’il ne s’agit que de la communauté de mes étudiants, Facebook permet d’assurer une certaine pérennité des échanges. Les anciens peuvent continuer à s’informer sur des contenus , découvrir les productions publiées par les nouveaux. Ces derniers peuvent obtenir des informations même lorsqu’ils sont absents, faire les exercices en ligne que je leur propose… Pour moi, c’est la possibilité aussi de garder le contact avec ceux qui repartent à l’autre bout du monde et que je ne reverrai sans doute jamais.

2. La création de contenu

Tout enseignant de FLE sait d’expérience que nous sommes amenés constamment à répéter des règles immuables. Pourquoi, dans ce cas, ne pas les insérer une fois pour toute dans son profil? C’est ce que la fonction « articles » permet de faire. Il me suffit alors de partager de nouveau ces articles lorsque le besoin s’en fait sentir. Les apprenants peuvent alors s’y référer tranquillement de retour chez eux.

Sur la page principale, cliquez sur « plus »articleFB1PNG

Puis sur « articles »articleFB2

articleFB3

Rédigez ou téléchargez votre article à partir d’un fichierarticleFB4

Outre la création d’articles « de référence », j’utilise Facebook  essentiellement pour

  • rappeler les devoirs à faire pour le lendemain
  • poster des liens contenants des documents ou des exercices en ligne
  • collecter les productions et les transférer plus rapidement et plus facilement sur le TNI
  • annoncer des événements susceptibles de les intéresser

3. La participation active

Sur le mur, par le biais des commentaires, les apprenants ont la possibilité d’intervenir à tout moment et de communiquer entre eux.

4. La consolidation du groupe-classe.

Présents sur le même profil, les apprenants ont davantage tendance à établir des contacts « facebookiens » entre eux. Le travail collaboratif qui leur ai souvent demandé favorise ces liens également.

Conclusion

Avec le temps, j’ai pu constater que ce réseau social était plutôt performant parce qu’il offre un réel suivi. Les étudiants sont, dans l’ensemble, assez  satisfaits de pouvoir garder un contact avec la classe au-delà du cours. Il leur arrive bien souvent de m’envoyer des messages pour s’excuser d’une absence ou me poser une question.

J’ai personnellement pour limite de ne pas aller directement sur leur profil car si le mien est purement professionnel, le leur peut afficher des informations très personnelles. Lorsqu’un apprenant ne possède pas de profil, je lui suggère d’en créer un, même éphémère. Si, pour une raison ou pour une autre, il s’y oppose, j’ai alors recours tout simplement à son courriel pour lui faire part des informations essentielles. Le présent site existe d’ailleurs, en partie, pour combler l’absence de profil Facebook de certains apprenants.